Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2018

MISSION COLLEGE

révolte,collège,genre,fille,espion,espionnageLa révolte des filles : un espion raconte
roman
de Sophie DIEUAIDE

Éd. Casterman, mai 2017, 190 pages - 10,90€ 
+ un dossier très très secret

Les revoilà. Antoine Lebic 007, ses acolytes Jonathan, Magali, Tom et Zoé. Ils sont surentraînés, équipés, hyper motivés. Un seul problème (mais de taille) : ils n'ont aucune mission.
Et Antoine a beau se creuser la cervelle, des idées de mission, il n'en n'a pas l'ombre d'une. Mais fort heureusement, Magali (Alias Miss Monneypenny) elle, en plein des idées . Alors c'est décidé, c'est elle qui sera le nouveau 001, le mystérieux M, celui qui dit quoi faire à James Bond. Aussitôt dit, aussitôt fait, dès le lendemain, nos espions en herbe trouvent leurs ordres de mission : trois étranges disparitions ont eu lieu en ce début d'année scolaire... Trois filles présentes le jour de la rentrée qui semblent s'être volatilisées du jour au lendemain. Que leur est-il arrivé ? Il est temps pour Antoine et ses acolytes de commencer à enquêter ! La fine équipe d'espions s'enrichit assez vite d'une nouvelle recrue : Germaine ( secrétaire bilingue retraitée) alias agent Hola, qui va apporter une précieuse (et enthousiaste !) aide logistique aux apprentis agents et leur permettre de faire avancer une enquête qui s'annonce difficile . En effet, plus les indices s’amoncellent, plus il devient évident pour la petite bande qu'au collège tout n'est vraiment pas rose pour les filles... Une seule solution pour que les étranges disparitions de de Camille Sand, Julie Ruben et Sarah Mathieu ne se répètent pas : La révolte . Cette fois-ci c'est avec tracts et banderoles que James Bond va devoir mener à bien sa mission !

Lire la suite

13/03/2018

QUANS LA TOILE S'ENFLAMME…

femmes (droits des),fille,puberté,égalitéIl y a tout juste quatre ans, un dirigeant de la droite défrayait la chronique et embrasait les réseaux sociaux pour avoir vilipendé un album jeunesse, Tous à poil !

L’époque était aux cortèges bleus et roses des manifestants anti-mariage pour tous et aux polémiques anti prétendue « théorie du genre ». Ces tenants d’un monde bien rangé, conforme à l’idée qu’ils se font des rôles des femmes et des hommes, on eut la peau des Abcd de l’égalité sans que cela ne déclenche d’émeutes sur le net ni dans la rue. Heureusement, leur offensive contre le mariage pour tous aura été vaine et il est désormais inscrit dans la loi

Quatre ans plus tard, ces mêmes réseaux sociaux bruissent d’une révélation loin d’être inédite : les femmes sont souvent, si souvent, victimes d’abus de pouvoir de la part des hommes. Abusées, harcelées, violentées, violées… Ce qui est inédit en revanche, c’est qu’elles ont décidé de révéler l’ampleur du problème et de dire haut et fort qu’elles n’acceptent plus cet état de fait. Que cette violence si longtemps tue, parce qu’elle est enfin massivement dite, ne passera plus par elles.

Et toutes et tous de regarder de près ce qui avait échappé à beaucoup. Tous ces endroits où se nichent l’inégalité et la violence. Aujourd’hui, les réseaux sociaux se font la caisse de résonance de ce formidable élan, de cette incroyable et merveilleuse aspiration à l’égalité et à la fin de l’impunité des harceleurs et autres sales types.

Dans cet emballement salvateur, quelques dérives, quelques dérapages mais tant d’espoir et de liberté exprimés que ce n’est pas ce qui me dérange aujourd’hui.

Lire la suite

13/11/2017

LES JOURNALISTES NOUS CACHENT-ILS DES CHOSES ?

Les journalistes….jpgDavid GROISON & Pierangélique SCHOULER
Illustré par Ronan BADEL
Éd. Actes Sud junior, octobre 2017 - 16,50€

Derrière ce titre un brin provocateur, 30 questions relatives au fonctionnement des medias sont abordées par les auteurs. Comment les journalistes trouvent-ils leurs infos, payent-ils pour obtenir des interviews, ont-ils un avis sur tout, sont-ils indépendants… Et pour finir : quelques conseils pour s’informer intelligemment.

A l’heure du triomphe de la circulation des informations sur les réseaux sociaux, des débats sur la responsabilité des media et surtout de l’invention délirante des « faits alternatifs », ce documentaire, limpide et malin, est une lecture indispensable pour comprendre et s’informer mais également pour débattre.

Et voici un premier sujet que nous vous proposons, dans la lignée de la question « Pourquoi voit-on toujours les mêmes experts à la télé » : Pourquoi aucune femme n’est représentée dans ce livre ?

Lire la suite

30/10/2017

MOI, JE SAIS - MON GRAND ÉLÉPHANT

doudou,animal de compagnie,suèdealbums tout carton
de Sara GIMBERGSSON
Traduits du suédois par Marie Valera
Éd. Cambourakis, novembre 2017 - 9€

Voilà deux petits albums cartonnés qui installent définitivement, s’il en était encore besoin, les éditions Cambourakis parmi les éditeurs jeunesse qui comptent. Une fois encore, ces deux petites merveilles nous viennent de Suède. Un pays extraordinaire où les papas sont en cuisine pendant que les mamans ont le regard rivé sur l’écran de leur ordinateur portable (Moi, je sais) et où les familles sont métissées (Mon grand éléphant).

Dans Moi, je sais, une enfant nous parle de l’incompétence avérée de ses parents quand il s’agit de comprendre les besoins du chat de la maison et par là… de sa propre omniscience. C’est sans doute oublier que les enfants ne changent que rarement les litières mais cette petite histoire courte met l’accent sur ce lien si particulier qui unit souvent les enfants à leur animal familier. Un lien que les adultes ignorent, un peu comme si le langage de l’enfance, oublié par les adultes, les rapprochaient de nos amis à quatre pattes.

Lire la suite

15/10/2017

RÉVOLTÉES

Révoltées.jpgroman historique
de Carole TRÉBOR
Éd. Rageot, octobre 2017, 246 pages - 13,90€

Alors que la révolte gronde et que la Russie tsariste s’enfonce dans la guerre, deux sœurs, Tatiana et Lena participent, chacune à leur manière aux évènements.

Elles vivent seules  et misérablement avec leur babouchka, leur grand-mère, sans nouvelles de leur père depuis qu’il est au front.

Lena rêve d’une société égalitaire et d’un pays en paix. Elle est clairement engagée auprès des révolutionnaires qui veulent mettre un terme à la fois au gouvernement provisoire et à la guerre à laquelle il refuse de renoncer. Très débrouillarde - elle sait comment se fournir au marché noir - elle est aussi très courageuse et pleine d’ardeur.

Sa sœur jumelle, Tatiana, travaille au Studio d’Art théâtral de Moscou où elle fait le ménage et récupère les costumes à réparer - ou fabriquer - qu’elle confie à sa grand-mère, aveugle mais couturière émérite.

Tatiana vit différemment de sa sœur l’avancement de la révolution. Immergée dans le monde du théâtre d’avant-garde et côtoyant des étudiants féru de futurisme, elle est de plus en plus convaincue que la révolution passe par l’accès à la culture et son profond renouvellement par la poésie, le théâtre, le chant…

Lire la suite

01/10/2017

LE JOUR OÙ PAPA S’EST REMARIÉ

Le jour où papa.jpgPremière lecture
de Thierry LENAIN & Thanh PORTAL (illustrations)
Éd. Nathan, coll. premiers romans, série Le jour où, août 2017, 29 pages - 5,90€

  • Voilà quelques mois déjà que nous avons fait la connaissance de la classe de Madame Okili, avec la sortie, en mars dernier, des deux premiers volumes de la nouvelle série de premières lectures de Thierry Lenain, Le jour où la France est devenue la France et Le jour où on a mangé tous ensemble. C’est une classe d’école primaire comme il en existe des milliers en France, composée d’enfants de toutes origines, curieux et espiègles et qui apportent dans leurs cartables leurs soucis et leurs rêves aussi. Dans chaque volume, la discussion fuse et la maitresse, la formidable maitresse, trouve les mots pour donner sens aux questions des enfants.
    Dans ce 4e épisode, Guillaume rêvasse en classe. C’est qu’il a l’esprit occupé par le prochain remariage de son père. Surtout que, comme l’explique Marilou : « ce n’est pas avec une femme que le papa de Guillaume va se remarier (…) c’est avec un mari (…) parce que maintenant, le papa de Guillaume, il est homo ».

Lire la suite

18/07/2017

ÇA CHANGE TOUT !

Ça change tout.jpgalbum
de Cathy YTAK & Daniela TIENI (illustrations)
Éd. L’atelier du poisson soluble, mars 2017 - 16€

Des enfants dans une cour d’école… « Avant d’aimer Baptiste, Camille a aimé Louis, Sacha, Alex et Samit. Avant d’aimer Camille, Baptiste a aussi aimé Alix, puis Yaël et Capucine… Aujourd’hui, Baptiste aime Camille. Qu’est-ce que ça change ? TOUT ! ».
Tout, parce que l’amour éclaire le monde différemment et provoque un malstrom d’émotions. Parce que les mots que Baptiste et Camille échangent « les chatouillent jusque dans les endroits les plus secrets du corps (…) c’est comme ça quand on est amoureux. »

Alors si Camille est un garçon, comme on le découvre dans les dernières pages de ce bel album, ça ne change rien !

Lire la suite

05/06/2017

PIC PIQUE-NIQUE

poule,amitié,couple,homosexualité,quotidien,differencealbum
de Rotraut Susanne BERNER
Éd. La Joie de lire, avril 2017 - 11,90€

Quelle belle journée pour un pique-nique !
Faisant fi des réticences de poule blanche,  poule noire, pleine d’allant s’attelle aux préparatifs du pique-nique. Car si rien de va jamais pour la première (elle n’a pas fini son livre, il fait trop froid, elle a des ampoules aux pieds…), la seconde a réponse à tout (un livre, un pull et des pansements pour commencer) ! Et tandis que poule blanche continue de râler, poule noire avance vers le lieu du pique-nique.
Après moult récriminations,  poule blanche finit par apprécier pleinement cette belle journée où assises (et même allongées) sous l’ombre d’un bouleau, les deux copines, l’une lisant, l’autre perdue dans ses pensées, profitent du temps qui passe et de leur amitié.

Lire la suite

01/05/2017

CARL ET ELSA S’ÉCHAPPENT

Carl et Elsa.jpgalbum
de Jenny WESTIN VERONA & Jesus VERONA (illustrations)
Traduit du suédois par Marie Valera
Éd. Cambourakis, mars 2017 - 14€

Aujourd’hui, il n’y a pas école et Carl et Elsa qui sont « les meilleurs amis du monde » passent la journée ensemble sous la surveillance distraite de la maman de Carl. Après avoir épuisé toutes les possibilités de jeu dans la maison, Carl a une idée : « et si on se sauvait ? » Bien équipés et chaussés de bottes en plastique (roses pour Carl, vertes pour Elsa) les voilà partis en expédition dans le jardin. C’est fou tout ce qu’on peut faire avec « une couverture, un collier, un livre, deux ou trois paires de lunette de soleil et quelques autres bricoles » et beaucoup d’imagination ! Dans le jardin, les enfants rencontrent un loup et un crocodile, se fabriquent une super cabane et pendant qu’Elsa est partie explorer la jungle, Carl prépare le déjeuner. Mais alors que le repas est prêt, Elsa reste introuvable et Carl connaît une grande frayeur. Puis, de nouveau ensemble, ils vont se blottir dans leur cabane et goûter à l’abri de la pluie, jusqu’à ce que la maman de Carl vienne les chercher pour le dîner.

Lire la suite

06/03/2017

UN RÊVE DE LIBERTÉ

égalité,genre,travail,annees 60,loi1965, le droit du travail des femmes
album & documentaire
de Marion LE HIR DE FALLOIS & Solenne LARNICOL (illustrations)
Éd. Kilowatt, coll. Un jour ailleurs, février 2017 - 15,80€

Claire a quitté Paris pour s’installer avec sa mère dans une petite ville. Or dans la France des années 60, à fortiori à l’extérieur de la capitale, la situation de Claire est exceptionnelle : seule enfant de parents divorcés dans sa nouvelle école, où ne vont que des filles, Claire est surtout la fille de la première - et bien sûr unique - femme médecin de la ville. Dans la famille de Sylvie, qui devient très vite la meilleure amie de Claire, tout est très différent et les ambitions professionnelles de sa mère ne sont encore qu’à l’état de rêves.

C’est que, jusqu’à la loi du 13 juillet 1965, les femmes mariées ne peuvent ouvrir un compte en banque, ni exercer une profession sans l’autorisation de leur mari.

Claire et Sylvie ne vivent pas au temps des dinosaures, elles appartiennent à la génération des grands-parents des écoliers et écolières d’aujourd’hui et contrairement à leurs propres mères, elles pourront chacune exercer librement le métier de leur choix.

Lire la suite