Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2017

UN RÊVE DE LIBERTÉ

égalité,genre,travail,annees 60,loi1965, le droit du travail des femmes
album & documentaire
de Marion LE HIR DE FALLOIS & Solenne LARNICOL (illustrations)
Éd. Kilowatt, coll. Un jour ailleurs, février 2017 - 15,80€

Claire a quitté Paris pour s’installer avec sa mère dans une petite ville. Or dans la France des années 60, à fortiori à l’extérieur de la capitale, la situation de Claire est exceptionnelle : seule enfant de parents divorcés dans sa nouvelle école, où ne vont que des filles, Claire est surtout la fille de la première - et bien sûr unique - femme médecin de la ville. Dans la famille de Sylvie, qui devient très vite la meilleure amie de Claire, tout est très différent et les ambitions professionnelles de sa mère ne sont encore qu’à l’état de rêves.

C’est que, jusqu’à la loi du 13 juillet 1965, les femmes mariées ne peuvent ouvrir un compte en banque, ni exercer une profession sans l’autorisation de leur mari.

Claire et Sylvie ne vivent pas au temps des dinosaures, elles appartiennent à la génération des grands-parents des écoliers et écolières d’aujourd’hui et contrairement à leurs propres mères, elles pourront chacune exercer librement le métier de leur choix.

Lire la suite

28/08/2016

BON VOYAGE MAMAN !

Bon voyage maman.jpgalbum
de Mariana RUIZ JOHNSON
Traduit de l’espagnol (Argentine)
Éd. Alice, mai 2016

Maman part en voyage. Enzo et son papa la conduisent à l’aéroport et s’organisent pour combler son absence. Maman manque à Enzo. Avec papa c’est différent - il n’a pas la même voix pour lire des histoires- mais c’est bien aussi.

Pendant ce temps, maman vaque à ses occupations : travail, visites, courses… Et grâce à internet, la famille peut se réunir même si « la maman dans l’écran » n’a pas l’odeur de la celle d’Enzo.

Ce petit album carré est formidable ! Enfin une maman qui part en voyage en laissant compagnon et enfant tout à fait capables de se débrouiller - pas d’inondations dans la salle de bain ni de coucher tardif. En plus, elle ne se morfond pas mais semble profiter à fond de son voyage.

Lire la suite

22/07/2016

J’ATTENDS MAMAN

mère,parents,école,séparation,travailalbum
de Izumi MOTOSHITA & Chiaki OKADA (illustrations)

Traduit du japonais par Sylvain Chollet
Éd. nobi nobi, coll. 1, 2, 3 Soleil, mars 2016 - 13€

C’est la fin de la journée à la maternelle et personne n’est encore venu chercher la petite Kana. La petite fille patiente en imaginant, dans un savoureux dialogue avec un ours en peluche, ce qui a pu retarder sa maman. Peut-être son train est-il tombé en panne ? Dans ce cas, pas d’inquiétude, « parce qu’un éléphant, un hippopotame et d’autres animaux très costauds l’ont poussé de toutes leurs forces jusqu’à la gare ! ». Et si elle s’est arrêtée pour acheter des pâtisseries et des ballons et qu’elle s’est envolée, là encore, pas de quoi paniquer, c’est certain, les « oiseaux vont la guider ». La preuve, là voilà qui arrive ! Kana se blottie dans ses bras avant de quitter sa maîtresse et son ours, pour rentrer à la maison et peut-être s’arrêter en chemin pour acheter un gâteau et un ballon.

Un album très tendre sur un sujet bien moins léger qu’il n’y paraît. Quel enfant n’a pas connu ces moments d’angoisse en attendant ses parents ou tout simplement en s’éloignant d’eux quelques instants ? 

Lire la suite

25/04/2016

AU COEUR DE FUKUSHIMA Journal d'un travailleur de la centrale nucléaire 1F

japon,fukushima,usine,travail,témoignage,nucleaire,catastrophe écologiquemanga
de Kazuto TATSUTA
Traduit du japonais et adapté par Frédéric Malet
Éd. Kana, coll. made in, mars 2016 - 9,90€
Volume 1 / 
Volume 2 à paraître en juin 2016

Dans sa préface, Karyn Nishimura-Poupée, correspondante de l’AFP au Japon, explique que « des dizaines de mangas sont paru au Japon sur la catastrophe dans les premières années suivant le drame, car le manga est pour les Japonais un media qui dépasse le divertissement ». Cette affirmation trouve ici une éclairante confirmation. Point de divertissement dans Au cœur de Fukushima, ni même de diversion sous la forme de commentaires ou de distance critique, mais un « journal d’un travailleur de la centrale nucléaire 1F » comme l’indique son sous-titre, scrupuleux et détaillé. Kazua Tatsuta a travaillé pendant six mois à la centrale de Fukushima Daichi ichi-efu (1F), jusqu’à atteindre la dose annuelle limite d’irradiation. Ouvrier et mangaka, il relate dans cet ouvrage, le quotidien des travailleurs de la centrale chargés d’assurer la décontamination du site. Il retranscrit dans le moindre détail ses journées de travail : trajets compliqués avec plusieurs véhicules selon les zones et la distance du réacteur, équipements, installations, relations avec les collègues, travail fragmenté et contrôles répétés des taux d’irradiation…

Lire la suite

07/06/2015

NISSE VA À LA POSTE

Nisse poste.jpgalbum
de Olof LANDSTRÖM & Lena LANDSTRÖM (illustrations) 
Traduit du suédois par Marc de Gouvenain
Éd. L’école des loisirs, janvier 2014 – 11,20€

Tonton Bengt a envoyé un colis et Nisse est chargé par sa maman d’aller le chercher à la poste. Accompagné de Karin et Poutte, il se rend à la poste à travers les rues de la ville, plein de rêves pour ce cadeau surprise qui vient de loin. C’est finalement un très gros paquet mais fort heureusement léger, que lui tend la guichetière et les enfants s’en retournent à la maison encore plus impatients de découvrir ce que renferme ce gros colis.  Rejoins par d’autres enfants dans l’escalier de l’immeuble, c’est tous ensemble qu’ils découvrent le cadeau de tonton Bengt : un superbe globe terrestre. Et comme il s’éclaire quand on le branche, tous les enfants et la maman de Nisse s’entassent dans le placard pour bien en profiter !

Lire la suite

05/03/2015

L'HEURE DES MAMANS

L'heure des mamans.jpgalbum
de Yaël HASSAN & Sophie RASTÉGAR (illustrations)
Éd. Utopique, août 2014 – 15,50€

Chaque jour, quand l’heure de la sortie des classes approche, la maîtresse met les enfants en rang et leur annonce qu’arrive « l’heure des mamans ! ». Quelle drôle d’idée ! Surtout que notre petit héros, ce n’est jamais sa maman qui vient le chercher. Le lundi c’est sa baby-sitter, Marie-Pierre, le mardi c’est papi Albert, le mercredi c’est tonton Fabian qui le récupère au centre de loisirs. Le jeudi, c’est Mamie Lune, enfin si elle n’a pas oublié, et le vendredi c’est… papa !

Et si maman ne l’attend pas à la sortie de l’école, c’est … qu’elle travaille !  Alors, l’heure des mamans c’est le samedi et le dimanche « quand on se retrouve le matin pour se faire de gros câlins ! »

Lire la suite

04/08/2013

OÙ SONT PASSÉES LES FILLES ?

travail,métier,femmeAlbum
de Gabriele SPARWASSER
Éd. Thierry Magnier, avril 2013
15,80 €

Ce titre a un double sens : chaque double page de ce bel album propose le portrait d’une femme au travail et en cache une ou plusieurs autres. Architecte, jongleuse, pompière, tailleuse de pierre, urgentiste, luthière, volaillière… Métiers d’hier ou d’aujourd’hui, les femmes sont partout où on les voit pourtant si peu tant le discours (les mots mêmes) et les images (réelles ou fantasmées) les ont rendues invisibles. Gabrielle Sparwasser leur donne la parole à travers de courts textes où chacune parle de son métier. Elle leur offre, tout comme à nous qui parcourons son livre, de magnifiques gravures qui les montrent, page de gauche, au travail et page de droite, les instruments qui leurs sont nécessaires.

Lire la suite

01/12/2012

LES VERRIERS DE NOËL

verriers de Noël.gifDocumentaire
de Fabian GRÉGOIRE
Éd. L’École des loisirs, coll. Archimède
Oct. 2012 – 12,70 €

Charles et Stefan travaillent à la verrerie de Goetzenbruck, dans le massif des Vosges. Ils ont à peine quatorze ans et sont verriers débutants dans cette usine qui fabrique principalement des verres de lunettes et de montres. À quelques semaines de Noël, les enfants vont profiter du « bousillage » (l’utilisation des fours, jamais éteints, pendant les pauses) pour apprendre leur métier et réaliser les décorations de l’arbre de Noël. Sous la houlette de Carl, leur chef de place, ils vont apprendre à manier la canne, à « cueiller » la juste quantité de verre fondu, à souffler pour façonner de belles boules ou des pommes de pins. La disparition d’un demi kilo de sucre dans la famille de Charles, dont le père est chimiste à l’usine, va les mettre sur la piste des secrets de l’argenture qui permet de transformer le verre en miroir…

Lire la suite

30/11/2012

SACRÉ PÈRE NOËL

Sacré Père Noël.gifAlbum de Raymond BRIGGS
Traduit de l’anglais
Première édition 1974, nouvelle édition :
Éd. Grasset jeunesse, nov. 2012 – 11,90 €

24 décembre : dure nuit pour le Père Noël. C’est un sacré boulot que de braver le froid, la neige, d’affronter les antennes de télévision mal placées, les conduits de cheminées étroits (et encore, essayez de trouver la cheminée d’un igloo ou d’une caravane), pour apporter à tous les cadeaux de cette nuit de Noël. Le Père Noël rêve de climats plus doux et de destinations ensoleillées, mais en attendant l’année prochaine, le voilà bien obligé de faire son travail.

Lire la suite

01/12/2009

Le Nouveau

le nouveau.gifAlbum Noël
Didier Lévy (texte) et Matthieu Roussel (ill.)
Éd. Sarbacane | 4e trimestre 2004 - 14,90 €

Robert est un jeune homme ambitieux, publicitaire de son état. Un jour, ou plutôt une nuit qu’il roule sur une petite route de montagne, sa voiture tombe en panne. Il s’enfonce dans la forêt (et dans la neige) à la recherche de quelqu’un pour l’aider et… il tombe nez à nez avec le Père Noël et ses lutins! Le vieux monsieur barbu lui annonce qu’il est le nouveau Père Noël. Robert n’en croit rien et se fâcherait même si le lutin Django ne lui réparait vite fait sa voiture. De retour dans la vie «normale», Robert s’aperçoit vite que Django le suit partout mais qu’il est le seul à pouvoir le voir. Cela n’arrêtera pas Robert dans son irrésistible ascension sociale et professionnelle. Il prend de l’embonpoint, fume des cigares de plus en plus gros et atteint enfin le dernier étage de la tour. Il est le «Grand Chef». Un soir, il croise sa fille de dix-huit ans qui quitte la maison (il avait trouvé le temps de faire un enfant à sa femme) et sa femme lui annonce qu’elle le quitte. Robert comprend soudain (il était temps, mais mieux vaut tard que jamais, paraît-il) qu’il est passé à côté de sa vie. Dès le lendemain, tout change: il ne va plus travailler, ne quitte plus son pyjama, demande pardon à sa fille et se laisse pousser la barbe. Il part avec sa femme se promener dans la montagne et croise… les lutins qui l’attendent avec un beau manteau rouge et un tout nouveau traîneau (du genre vaisseau spatial).

Voilà un album qui sort du lot des gentils livres de Noël! Tout est insolent et amusant dans ce drôle de livre. La figure du publicitaire symbole de la réussite sociale n’est pas nouvelle (on pense au personnage joué par Kirk Douglass dans L’Arrangement, magnifique film d’Elia Kazan, ou dans le registre plus humoristique au mari de Samantha dans la célèbre série Ma sorcière bien aimée) mais la solution que Robert apporte au constat de l’échec de sa vie personnelle ouvre des perspectives nouvelles! Les images (de synthèse?) aussi sont à la fois très référencées (très sixties, justement) et très originales. Cerise sur le gâteau, le titre en lettres d’or brille de mille feux. Délicieusement kitsch. Comme dans Angelman, leur précédent album chez le même éditeur, Didier Lévy et Matthieu Roussel réussissent un cocktail décoiffant. À mettre entre toutes les mains…

Ariane Tapinos

(première publication de l'article : 1er décembre 2004)