Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil

23/04/2018

DES FLEURS SUR LES MURS

Des fleurs sur les murs.jpgroman
de Cécile ROUMIGUIÈRE
Illustré par Aurélie GRAND
Éd. Nathan, coll. premiers romans, avril 2018, 56 pages - 7,20€

Les parents de Léna tiennent l’épicerie café du village. Nous sommes en mai 1968 et Léna cachée, sous une table avec son cahier d’espionne écoute les conversations des habitués qui commentent tout à la fois les événements en cours à la capitale et la probable fermeture de l’usine de bicyclettes qui emploie une grande partie des villageois. En surprenant les échanges de filles plus grandes qu’elles, elle a l’idée d’utiliser le dessin et les slogans pour défendre l’avenir de l’usine.

Avec ses copines, elles placardent sur tous les murs du village leurs affiches et leurs espoirs et réussissent à attirer l’attention des medias et même du général de Gaulle !

Avec cette version campagnarde et enfantine des événements de mai, Cécile Roumiguière, réussit à restituer la vie quotidienne d’une petite fille et son entourage dans la France des années 60.


L’inventivité de Léna fait écho à celle des étudiants qui, à Paris, rivalisent de talent et de poésie pour dire leurs maux et leurs espoirs. L’histoire de l’usine menacée de fermeture permet de ne pas oublier que Mai 68 ne fut pas que le fait des étudiants et des intellectuels mais aussi des travailleurs. A la fin de ce court roman, on ne sait pas si l’usine sera sauvée mais Cécile Roumiguière évoque le rôle que les ouvriers pourraient jouer si ils voulaient continuer à fabriquer des bicyclettes sans leur patron… dans l’esprit de Mai qui ouvre la voie aux développement des coopératives ouvrières.

Ariane Tapinos (avril 2018)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.