Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2013

BOUCLE D'OURS

identité,genre,humour,conte détournéAlbum
de Stéphane SERVANT (texte)
& Laetitia LE SAUX
(illustrations)
Éd. Didier Jeunesse
Avril 2013 – 12,50 €

Ce soir c’est Carnaval. Dans la famille ours chacun prépare son déguisement. Maman fera une jolie Belle au bois dormant, papa sera un Grand méchant loup très convaincant et petit ours… une ravissante Boucle d’ours ! Papa ours, franchement choqué de voir son fiston affublé de couettes blondes et d’une jupette rose, tente de le convaincre d’adopter un autre costume. Chevalier courageux, Ogre féroce, Petit cochon dégourdi… Non, non et non, petit ours n’en démord pas, ce soir, il sera Boucle d’ours !

Papa ours voit rouge : les jupes et les couettes « c’est pour les filles, les oursonnes, les femmelettes, les cacahouètes et les hommelettes ! » Cette fois-ci, c’est maman ours qui s’énerve et là… son cher et tendre se fait tout doux, et pour preuve qu’il aime beaucoup les couettes et les jupes, il enfile le déguisement qu’elle lui a amoureusement fabriqué, celui de Cendrillours !

Lire la suite

12/05/2013

LE CHOIX DE MOI

identité,genre,garçon-filleRoman
d'
Hervé MESTRON
Éd. Oskar, coll. courMÉ-trage
janvier 2012, 42 pp. – 5 €

Dominique a des souvenirs épars de son enfance. Des souvenirs d’hôpital – pour une leucémie, lui a-t'on dit – , une institutrice qui s’inquiétait de ce qu’il accordait tout au féminin, un chat dont il avait coupé la queue…

Des souvenirs et un mal-être qui le submergent alors que sa mère est hospitalisée et que seul, chez eux, il entreprend de fouiller dans ses affaires. Il trouve un cahier sur lequel elle a écrit que son enfant, Dominique, est né dans l’indétermination sexuelle. Ni garçon, ni fille. Elle raconte qu’elle a été sommée de choisir et de laisser agir les médecins. Aujourd’hui Dominique sait, contre son sexe assigné, qu’il est une fille. Et c’est ainsi, réconciliée avec elle-même, qu’elle se présente à sa mère et la libère de son mensonge.

Lire la suite

20/07/2010

Zarbie Les Yeux Verts | roman de Joyce Carol OATES

zarbie.gifTraduit de l’américain par Diane Ménard
Éd. Gallimard, coll. Scripto | oct. 2005 | 315 pages – 11,50€

Zarbie Les Yeux Verts c’est Francesca ou plutôt Franky Pierson, la fille adolescente d’une ancienne star du football américain, aujourd’hui célèbre présentateur sportif à la télévision. Francesca, c’est son nom «officiel», celui que ses parents, sa mère surtout, lui ont choisi. Franky, c’est le nom par lequel elle veut qu’on l’appelle. Zarbie Les Yeux Verts, enfin, c’est le nom qu’elle donne à une partie d’elle-même: celle qui sait se défendre contre les sales types et contre la vie qui fait mal. Et la vie de Franky, derrière la façade de la famille riche et aimante, est loin d’être facile. Tout comme celle de sa mère qui, ne supportant plus son rôle d’épouse modèle d’un homme célèbre, tente avec mille précautions de gagner un peu d’autonomie et de mettre de la distance entre elle et son brillant mari.

Franky en veut à sa mère, comme n’importe quelle adolescente, de vouloir être libre et de tenter d’exister en dehors de sa famille, de son rôle de mère et d’épouse. Si elle se doute bien que, lorsque sa mère se couvre les bras de longues chemises et arbore une écharpe autour du cou, ce n’est pas pour céder à une mode, elle préfère ne pas trop y penser. Au contraire, elle accuse sa mère de provoquer son père. Elle-même ne sait-elle pas aujourd’hui comment éviter son courroux? Alors pourquoi sa mère s’acharne-t-elle faire ce qui va irriter son formidable père?
Pourtant, pas plus que le lecteur, Franky n’arrive à se convaincre du bien-fondé de l’attitude de son père. Et Zarbie Les Yeux Verts sait bien, elle, que quelque chose ne va pas. L’atmosphère est d’emblée oppressante. Et derrière les façades vitrées de la grande maison d’architecte, le drame, qui ne doit rien au hasard, devient inévitable. Les choses ne peuvent qu’aller de plus en plus mal, jusqu’à la conclusion finale et macabre. Là encore, Zarbie aidera Franky à déjouer les manipulations et à admettre la vérité, aussi terrible soit-elle.

Joyce Carol Oates est l’un des plus grands écrivains contemporains et son Zarbie Les Yeux Verts est un grand roman. Auteure de plus de quatre-vingt ouvrages (romans, essais, théâtre, poésie, nouvelles), Zarbie est seulement sa seconde incursion dans la littérature pour adolescents (après le formidable Nulle et Grande Gueule) et c’est une très grande réussite. Tout y est de ce qui fait les meilleurs romans de Oates: une écriture dense qui contient à la fois la réalité et ce qu’elle cache, un parti-pris idéologique clair mais jamais encombrant. En un mot: de la littérature.

Ariane Tapinos
(première publication de l'article: 12 décembre 2005)

 

13/02/2010

Pourquoi tu ne m'aimes pas ? | album de Françoise ARMENGAUD & Martine BOURRE

pourquoi tu m'aimes pas.jpgÉd. MeMo | nov. 2009 | 17€

«Pourquoi tu ne m'aimes pas?»: avec cette simple question posée par un petit renard de papier et l'aide de quinze (+ un) animaux, Françoise Armengaud et Martine Bourre dessinent un éloge de la tolérance tout en sensibilité, à destination des tout-petits.
L'astuce de l'album est que chaque face-à-face du renardeau avec un autre animal ne contient pas une réponse mais une nouvelle question que lui suggère la vision de l'autre: «Parce que je suis plus grand que toi?» dit renard face à une souris, ou «Parce que je suis libre et que tu ne l'est pas?» en regard d'un chien en laisse. Les questions renvoient aussi bien au physique du renard qu'à ses origines familiales («Parce que ma famille a squatté votre vieux terrier?» dit-il à un blaireau), son passé («Parce que j'ai dansé avec le Petit Chaperon rouge?» face au loup), à ce qu'il possède ou ce qui lui manque («Parce que tu as quelque chose que je n'ai pas?» lorsqu'il rencontre un cerf à la belle ramure… renardeau serait-il une… renarde?) Et s'il en vient à s'interroger sur sa ressemblance avec l'écureuil, il est tout prêt de rejeter son propre reflet dans une mare («Parce que tu n'es pas content d'être moi?»).

Lire la suite

31/03/2009

Le Temps des miracles | roman d’Anne-Laure BONDOUX

9782747026451.jpgÉd. Bayard jeunesse, coll. Millezime | janvier 2009 | 256 pp. – 11,90 €

« Je m’appelle Blaise Fortune et je suis citoyen de la République de France. C’est la pure vérité » : la phrase qui ouvre le dernier roman d’Anne-Laure Bondoux est une vraie-fausse piste, une énigme à tiroirs que le héros-narrateur (Blaise/Koumaïl) mettra des années à élucider, pour en extraire la vérité profonde. Roman de l’exil (de la Georgie à Paris, selon un itinéraire long, périlleux, chargé de larmes, de drames et de belles rencontres), Le Temps des miracles joue à cache-cache avec son héros, ses origines, son histoire, mais c’est aussi et avant tout un roman sur le mensonge et l’amour, l’amour sans bornes d’une femme pour un enfant, son enfant, autour duquel elle a constitué un rempart de mots, de rêves, d’espoirs.

Lire la suite

25/02/2009

Orages | roman de Sonia RISTIC

orages.gifÉd. Actes sud junior, coll. Romans ado | octobre 2008 | 168 pp. – 11 €

1995. Tamara a une vingtaine d’années et poursuit sans conviction des études à Paris. Pour la première fois depuis quatre ans, elle s’apprête à partir pour Belgrade, sa ville natale. Elle doit hériter d’un lopin de terre, un bout de forêt dans la banlieue de Belgrade : elle n’en veut pas et redoute d’être confrontée à sa famille, ses souvenirs, sa vie « d’avant ». Trois ans que dure le siège de Sarajevo, et qu’elle se tient aussi éloignée que possible de la Serbie.
Rien dans ce voyage tant redouté ne se passera comme prévu et Tamara, très vite, se laisse porter par les événements et les sentiments qui la submergent…

Lire la suite