Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2013

DARK EYES

polar,new york,relation père-fille

Roman policier
de William RICHTER
Traduit de l’américain par Raphaële Eschenbrenner
Éd. Albin Michel Jeunesse,
coll. Wiz
Janvier 2013, 363 pages – 15 €

Fini la mode des clones d’Harry Potter ou des vampires romantiques, l’éditeur de Dark Eyes nous annonce en quatrième de couverture la naissance d’une « nouvelle Lisbeth Salander » (l'héroïne de Millénium, pour qui l'ignore encore…). Bon, c’est vrai, Wally est une adolescente, en rupture avec sa famille, qui zone dans les rues de New York à la tête d’une bande de quatre jeunes paumés, installés dans un squat. Elle arbore des collants déchirés, des shorts effilochés et brandit ses ongles peints comme des griffes. D’origine russe, elle a quitté sa mère adoptive, peu après le départ de son père adoptif, et oui, comme il est précisé en quatrième de couverture, son père est un tueur. Très méchant et affublé d’un adolescent prêt à tout qui n’est autre que… le frère de Wally. 

Lire la suite

25/09/2011

TOUR À TOUR SUR UN FIL | album de Mordecai GERSTEIN

Tour à tour.gifAdapté de l’américain par Jeanne Simonneau
Éd. Le Genévrier, coll. Caldecott
août 2011 - 17 €
 

À l’aube d’un jour d’août 1974, les New-Yorkais ont découvert un curieux et fascinant spectacle: sur un fil tendu entre les deux tours jumelles du World Trade Center alors en construction, un fin jeune homme marchait comme suspendu dans les airs…

Philippe Petit, artiste de rue et funambule passionné, contemplait la ville à 400 mètres au dessus du sol et promenait sa silhouette, tel un oiseau se prélassant sur un fil. Aidé par des amis, il avait, la veille, pénétré dans l’une des tours en se faisant passer pour un ouvrier du chantier. Hissant 200 kilos de câbles et de matériels divers, il avait attendu la nuit et le départ des derniers ouvriers pour déployer son cordage entre les deux tours séparées par 43 mètres de vide. 

Lire la suite

03/07/2009

En cage | roman de Kalisha BUCKHANON

9782812600159.jpgTraduit de l’américain par Élodie Leplat
Éd. Rouergue, coll. doAdo monde | mars 2009 | 252 pp. - 13,50€

Natasha et Antonio s’aiment. Mais Antonio est en prison, accusé du meurtre de son père. Alors Natasha et Antonio s’écrivent. Elle depuis leur quartier de Harlem, lui depuis une prison, sur une île au sud du Bronx. Ils s’écrivent et au fil de leurs lettres se découvrent au lecteur. La vie du ghetto. Les rêves qui se cognent à la réalité. La violence du père d’Antonio, les études de Natsaha, ses ambitions, la promiscuité de la prison. Le procès qui approche et la vérité qui se fait jour peu à peu et qu’on ne connaîtra vraiment qu’à la fin du livre, quand les chemins des deux adolescents qui ont grandi se seront séparés, parce que leurs aspirations, bien plus que les murs de la prison, les éloignent. Natasha veut sortir du ghetto, faire des études, être indépendante, connaître le monde qui existe au-delà des limites de Harlem. Antonio veut fonder une famille, construire ce qu’il n’a pas eu, rattraper le temps perdu.

Lire la suite

06/04/2009

Brooklyn Baby | album de Marylin SINGER, illustré par Carll CNEUT

brooklyn baby.jpgTraduit de l’anglais par les éditions La Joie de lire
Éd. La Joie de lire | nov. 2008 - 15 €

Un bébé dort dans une poussette. Mais comment fait-il ce bébé pour dormir au milieu des bruits de la ville ? 10 klaxons tonitruant, 9 portables «agaçant», 8 chiens aboyant… et aussi des poubelles qui s’entrechoquent, des taxis dont les portes claquent, des basketteurs qui font rebondir leur ballon, des bus, des motos et… «soudain 1 oiseau qui commence à chanter… et voilà bébé qui se réveille !»

Ce superbe album à compter, ou à décompter, est une réjouissante immersion dans la ville, ses bruits nombreux et variés. Ses couleurs aussi, ici à dominante de tons orangés comme les briques des brownstones de New York et de Brooklyn surtout. C’est aussi un livre-jeu dans les pages duquel on peut retrouver, au milieu de l’enchevêtrement des objets et des gens, 8 chiens, 9 téléphones, 4 basketteurs…
C’est Carll Cneut dans son mode de plus souriant qui réalise ces très belles images de la ville trépidante et accueillante. La couverture est particulièrement réussie : une vue de New York stylisée et dominée par la silhouette du Chrysler Building qui brille, vêtu de gris, au milieu des couleurs de la ville.

Ariane Tapinos (avril 2009)

06/12/2008

L'Arche de Noah | roman de Chaïm POTOK

arche noah.gifTraduit de l'anglais (États-Unis) par Jérôme Lambert
Éd. L'École de loisirs, coll. Médium | mars 2004 | 78 pages - 9€

[À partir de 12 ans]

À seize ans, Noah, seul survivant d'un village de quatre mille âmes, a passé trois ans dans un camp de concentration puis deux ans dans un camps de transit. Il vit maintenant à Brooklyn chez sa tante. Davita, une jeune juive américaine de dix-huit ans, lui donne des leçons d'anglais. Au fil de ces rencontres, il dévoile son douloureux passé. La mort des siens, de son frère jumeau, le camp. Au travers des dessins qu'il échange avec Rachel, la petite sœur de Davita, il raconte. Son village, sa maison, la synagogue dans laquelle il exerçait ses talents naissants de dessinateur.

L'histoire de Noah est celle d'un retour à la vie. Noah apprend à parler une nouvelle langue et réapprend à vivre. C'est l'histoire d'un avenir possible après une mort presque certaine. C'est l'histoire d'une parole retrouvée, d'un retour dans la communauté des hommes. L'écriture contient l'émotion et suggère plus qu'elle ne décrit. C'est un récit très juste.

Ariane Tapinos
(première publication de l'article : 1er février 2005)