Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2014

PIERRE CONTRE CISEAUX

Pierre contre ciseaux.gifroman
de Inés GARLAND
Traduit de l’argentin par Sophie Hofnung
Éd. L’école des loisirs, coll. Médium, mars 2014, 227 pages - 16€

Alma appartient à la bourgeoisie de Buenos Aires. Ses parents possèdent une maison de vacances dans une île du delta où ils passent chaque weekend. Là, ils ont pour voisins Dona Angela, deux de ses fils, Tordo et Chico et les trois enfants de sa fille : Marito, Carmen et Lucio. Malgré leur différence de condition sociale, Carmen est la meilleure amie d’Alma. La seule aussi de cette petite fille enjouée mais solitaire, fille unique et plus à l’aise avec ses petits voisins qu’avec les enfants de son école privée de la capitale. Carmen et Alma partagent leur jeux en faisant fi de leurs différences comme seuls les enfants peuvent le faire. Elles passent des heures les pieds dans l’eau ou accrochées aux arbres à se raconter des histoires. Depuis les pontons, elles observent les adultes, elles guettent le passage du « collectif » (le bateau collectif) ou du bateau épicerie. Un jour, cachés derrière la fenêtre  elles observent les ébats de Tordo avec la belle « hongroise » (qui est allemande !) qui possède l’une des maisons le long du fleuve. Chaque jour, elles veillent sur le petit Lucio. Parfois, elles partagent leurs jeux avec Marito.
Plongée dans l’enfance puis dans l’adolescence, Alma ne perçoit pas immédiatement les changements liés à l’instauration de la dictature militaire qui succède au coup d’état du 26 mars 1976.  De leur côté, révoltés par la violence des injustices sociales qui marquent l’Argentine au début des années quatre vingt, Carmen et Marito ne restent pas inactifs.

Lire la suite

10/11/2013

DOUBLE JEU

Double jeu.gifRoman
de Jean-Philippe BLONDEL
Éd. Actes Sud Junior, août 2013
137 pages – 11 €

Quentin a changé de lycée contraint et forcé par l’administration scolaire. C’était ça ou quitter l’école dès ses seize ans révolus. Trop d’absences, trop d’insolence, quelques bagarres… Quentin a été prié de quitter son établissement pour un lycée des beaux quartiers. Il a quitté ses copains, son quartier et doit se fondre dans un univers qui n’est pas le sien. Dans son nouveau lycée, les filles ont des prénoms composés, les garçons s’appellent Heathcliff, Sacha… Tous portent des vêtements de marque. Rien à voir avec lui, sa famille, sa mère caissière au supermarché, son père ouvrier à l’usine.

Quentin aborde son nouvel environnement avec cynisme et regrets. Sa professeure de français ne se laisse pas impressionner par ses mimiques de mauvais garçon. Elle lui colle entre les mains la pièce de Tennessee Williams, La Ménagerie de verre et bientôt, lui demande de tenir le rôle principal, celui de Tom Wingfield. Comme Quentin, dont la vie se partage désormais entre deux mondes qui ne se parlent pas et avec lesquels il lui faut composer, le narrateur de la pièce de Tennessee Williams est tiraillé entre son désir de quitter sa mère et sa sœur handicapée et l’impératif moral qu’il s’impose de ne pas les abandonner comme son père l’a fait.

Lire la suite