Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : Monsieur moisange

MONSIEUR MOISANGE

Monsieur Moisange.jpgalbum pour les grands
de Fred BERNARD & Gwendal LE BEC (illustrations)
Éd. Albin Michel Jeunesse, mars 2015 – 11,90€

Monsieur Moisange est un drôle d’oiseau. Un homme entre deux âges qui appelle tout le monde Coco, porte des vêtements colorés, fume comme un pompier et fait de l’exercice sur son « perchoir », une barr installée dans son couloir.

Monsieur Moisange a des rêves qui lui vont bien : il aimerait voler… Un matin, le voilà exaucé : il a deux belles ailes qui lui ont poussées à la place des bras ! Pas décontenancé pour si peu et tout heureux des nouvelles possibilités qui s’offrent à lui, il s’envole vers la célébrité. Puis se rend compte que s’il a rêvé de pouvoir voler c’est pour découvrir d’autres horizons et non pour vanter la consommation. Sa mère, oiselière, lui a légué de nombreux oiseaux et il décide d’honorer la promesse qu’il lui avait fait : il reconduira chacun des volatiles dans son pays natal et quand sa tâche sera accomplie se mettra en quête de celle qui a peuplé ses rêves de liberté, la belle Kamala qui, il en est sûr, habite en Inde… 

Avec son petit format et ce très beau et long texte, Monsieur Moisange se lit comme un roman qui invite au voyage entre rêve et réalité. Avec ses ailes ce personnage à la fois tendre et décalé, s’affranchit à la fois du quotidien et de la pesanteur. S’il peut aller en quelques minutes au bureau, il peut aussi tout quitter et s’envoler avec ses compagnons ailés à travers le monde. Et c’est parce qu’il est enfin arrivé là où il devait, là où l’amour se trouve, qu’il abandonne ses ailes pour des bras et enlacer celle qu’il aime et dont il a rêvé.

Ariane Tapinos (juillet 2015)

Lire la suite

14/07/2015 | Lien permanent

MONSIEUR CHIEN

mrchien.jpegalbum
Séverine VIDAL, illustré par Laurent SIMON, éd. Mango jeunesse, février 2021 – 13,50 €

C'est le grand jour ! Monsieur Chien enfile ses plus beaux habits et court rejoindre l'Amour avec un grand A : direction 22 rue de l'Espoir avec le plus joli des bouquets de violettes. Mais c'est sans compter sur le regard amusé et moqueur des passants qui trouvent Monsieur Chien bien étrangement habillé…

Peu importe, notre héros a le cœur léger et le pas décidé, jusqu'à ce qu'il tombe sur Minimum, un jouet cassé et abandonné dans la rue. Malgré l'heure qui tourne, Monsieur Chien rentre à son atelier et s'applique à le réparer. Arrivera-t-il à l'heure pour trouver l'Amour ? Cet Amour l'attendra-t-il ? Un livre plein de couleurs où l'on apprend que le temps ne peut rien face à la générosité et ceux qui sont faits pour être ensemble !

 

Jessica Ramanankatsoina

Lire la suite

13/02/2021 | Lien permanent

MONSIEUR LION CHEZ LE COIFFEUR

humour,coiffeur,animaux sauvagesAlbum tout-petits
de Britta TECKENTRUP
Éd. Bayard jeunesse, février 2013
11,90 €

Monsieur Lion a la crinière en désordre. Son ami le singe prend les choses en mains : shampoing, brushing et coiffage. Voilà Monsieur Lion pourvu de couettes, de nattes, affublé d’un serre-tête, d’un petit nœud rose, teint en blond, en roux, en gris… 

Un album tout carton décoiffant ! Monsieur Lion, placide, offre sa tignasse au singe et chaque page du livre l’afflige d’une nouvelle coiffure avec un dispositif astucieux qui laisse voir la même tête déconcertée du Lion. Monsieur Lion prend la pose et le singe n’en peut plus de rire. Et le lecteur avec lui !

Ariane Tapinos (été 2013)

Lire la suite

29/07/2013 | Lien permanent

MONSIEUR BOUT-DE-BOIS

Monsieur Bout-de-Bois.jpgalbum
de Julia DONLADSON & Axel SCHEFFLER (illustrations)
Traduit de l'anglais par Anne Krief
Éd. Gallimard Jeunesse, octobre 2008 - 13,50€

Monsieur Bout-de-Bois vit heureux entouré de sa femme et de leurs trois petits Bout-de-Bois. Sa vie bascule quand un matin il part courir et est attrapé par un chien dont le maître se pique de lancer et relancer Monsieur Bout-de-Bois. Heureusement, le gardien du parc intervient et rappelle l’interdiction faite aux chiens de s’y promener sans laisse. Mais le soulagement de Monsieur Bout-de-Bois est de courte durée et cette mésaventure n’est que la première d’une longue série qui le conduira très, très loin de chez lui. Il passe de mains en mains (voire de pattes en pattes) et personne, jamais personne n’entend sa plainte : « je ne suis pas une branche », « je ne suis pas une épée de chevalier ». Pas plus qu’il n’entend les avertissements : « Monsieur Bout-de-Bois ho !, Monsieur Bout-de-Bois, attention… ! ». Le temps passe, les saisons défilent et Monsieur Bout-de-Bois a perdu tout espoir de retrouver les siens. Le voilà endormi dans le foyer d’une cheminée… « Personne ne peut-il le réveiller ? ».
C’est alors qu’un drôle de bonhomme tente de passer par la cheminée…

Tous les albums de Julia Donaldson et Axel Scheffler, à commencer par le désormais célèbre Gruffalo, ont ces mêmes qualités : des histoires bien écrites et amusantes, avec de savoureux effets de répétition et des images pleine de fantaisie.

Cet improbable (mais qu’est-ce qui est donc probable dans l’univers loufoque de nos deux créateurs) Monsieur Bout-de-Bois est drôle et touchant. Notamment, quand, alors qu’il croit sa dernière heure arrivée, il rêve à sa femme et ses enfants… Et comme dans un conte de Noël, c’est alors qu’il n’a plus d’espoir qu’il est enfin sauvé !

C’est ce mélange entre classicisme et douce dinguerie qui fait le charme incomparable des albums de Julia Donaldson et Axel scheffler.


Ariane Tapinos (novembre 2015)

Lire la suite

27/11/2015 | Lien permanent

LE TROISIÈME FILS DE MONSIEUR JOHN

difference,handicap,grandir,fratrie,tolérancealbum
de Nadine BRUN-COSME & Christiane DAVENIER (illustrations)
Éd. Sarbacane - Amnesty International, 1er semestre 2018 - 15,50€

Monsieur John a trois fils. A la naissance de chacun d’entre eux, il planté un arbre. Le premier, un sapin, a poussé bien droit, le second, un chêne, a grandit bien rond. L’un et l’autre ont fait la fierté de Monsieur John et la joie des voisins qui se sont ébahis devant tant de droiture et de rondeur, devant ces arbres et ces garçons si parfaits.

A la naissance de son troisième fils Monsieur John a planté, comme à chaque fois, une graine, celle-ci n’a pas fait surgir le bel arbre attendu mais plutôt un arbre sans nom, un « n’importe quoi » qui pousse dans tous les sens. Un arbre que Monsieur John a relégué au fond du jardin et que les voisins ont ignoré.

Ce n’est que bien plus tard, lorsque les deux ainés ont finalement quitté la maison que Monsieur John entend la petite voix de son troisième né perché dans son arbre ; et remarque que celui-ci est devenu splendide tout en ne ressemblant à aucun autre. Alors, Monsieur John et les voisins s’assoient à l’ombre de cet arbre sauvage et beau et écoutent ce que le troisième fils avait à dire.

La métaphore des enfants qui ne poussent pas droit est bien connue mais elle est ici magnifiée dans un récit plein de tendresse servi par des images lumineuses.

Le troisième fils de Monsieur John pousse discrètement, tel son arbre tordu, à l’ombre de ses ainés. Il a besoin de temps, de calme pour trouver sa voix/voie. Là où pour ses frères, les choses sont évidentes, les rapports au monde extérieur aisés et leur vie toute tracée, lui ne correspond pas aux attentes des autres qui portent sur lui un regard déçu avant de ne plus le voir du tout.

On sait bien, comme l’a chanté Brassens* que « les brav’s gens n'aiment pas que 
L'on suive une autre route qu'eux… » mais ici , les braves gens ouvrent les yeux et découvrent un être différent, une autre manière d’être à la vie qui pourrait bien enrichir la leur.

Une manière de dire aux enfants que la beauté peut surgir dans les marges, là où on ne l'attendait pas, qu'il faut à certains enfants du temps pour s’ouvrir au monde comme qu’il faut parfois du temps pour accoutumer son regard aux autres.

Ariane Tapinos (février 2018)

* Dans la chanson : La mauvaise réputation

Lire la suite

16/02/2018 | Lien permanent

L'ABOMINABLE MONSIEUR SCHTEUPLE

Monsieur-Schteuple-couv.jpgAlbum
Grégoire KOGJAN illustré par  Hippolyte
Éd. L’atelier du poisson soluble, octobre 2019- 19€

Au premier coup d’œil jeté sur la couverture et le titre, on se dit que ce livre fait tâche au milieu des albums bleus et rouges de Noël et qu’il appartient plutôt à une sélection pour Halloween ! Et lorsque l’on passe outre les apparences (ne jamais juger un livre par sa couverture) pour se plonger dans la lecture des premières pages, voilà qui nous confirme notre premier sentiment : L’Abominable Monsieur Schteuple est aux antipodes de l’esprit d’entraide, d’amour et de bonté des fêtes de fin d’année.

Notre protagoniste est si terrifiant que les vampires, loup-garous, momies et autres monstruosités paraîtront bien inoffensives désormais. On peut également d'ores et déjà oublier la menace du Père Fouettard, seule la mention de l’horrible monsieur Schteuple suffira à transformer les vilains marmots en petits anges !

Car voilà : monsieur Schteuple n’a ni visage, ni âge, ni entourage. Il déteste tout, tout le monde et par dessus tout, les enfants.
Pendant très longtemps, il fut à l’origine des pires vices de l'humanité. Son passe temps favori était de capturer filles et garçons, mais surtout de se faufiler en catimini dans les maisons par la cheminée, et de se rendre dans les chambres des bambins afin de grattouiller leurs croûtes et -comble de l’horreur- de les déguster goulûment une fois qu’elles sont tombées !
Cela aurait pu continuer bien longtemps encore, si les fées n’étaient pas intervenues pour stopper cet être malfaisant. Ce qui s’est passé après, en voici le résumé en quelques mots : un procès réunissant créatures féeriques et montreuses fut mené contre l’ignoble monsieur Schteuple qui écopa d’une peine pour l’éternité. Le voilà attifé de l’habit rouge des condamnés et entouré des lutins, chargés de s’assurer que celui-ci exécute bien sa sanction : faire le bien, une nuit par an, à la date du 24 décembre (date choisie par hasard nous précise-t-on) en offrant des cadeaux aux enfants. Dévasté, le coupable a une dernière requête : il ne doit être vu par personne. Très bien, il entrera en douce dans les logis et portera une fausse barbe blanche.

Cette histoire vous est-elle un tantinet familière… ?

La vérité dans cette histoire, c’est surtout qu’on passe un fabuleux moment de lecture avec L’Abominable Monsieur Schteuple, qui nous propose une énième, mais originale et très très drôle version de l'origine du fameux Père Noël ! Les rimes donnent la cadence et les illustrations nous transportent dans un univers de prime abord sombre pour laisser naître une ambiance loufoque et comique haute en couleur. Cet album brille par sa singularité, son audace et son esthétique qui font qu’on ne se lasse pas de le relire.

Et si j’étais encore une enfant, je mettrais un point d’honneur à protéger mes bobos en cours de cicatrisation chaque nuit du 24 décembre, juste pour être sûre.

Fanny Ferré

 

Lire la suite

15/12/2019 | Lien permanent

Très Vieux Monsieur | album d'Adeline YZAC, illustré par Éva OFFREDO

tres vieux Mr.gifÉd. Rouergue, coll. Varia | mars 2009 | 14 €

Un Très Vieux Monsieur prend sa retraite. Il voyage, s’engage, lit, séduit. Il vit sa vieillesse entouré de Très Vieille Dame et Toute Petite Fille. Mais un matin au réveil, il regarde Très Vieille Dame et lui dit «Bonjour Madame, vous faites quoi dans mon lit ?» Autour de lui, tout le monde s’inquiète. Très Vieux Monsieur a «la tête à l’envers», il ne sait plus lire, ne sait plus compter, ni comment manger. Sa tête, maintenant, il l’a même perdue. Et autour de lui, toujours autant d’inquiétude :
« - nous venons le voir très souvent, disent ses voisins.
- Nous l’entourons, disent ses amis.
- Nous lui consacrons beaucoup de temps, dit sa famille.»

Très Vieux Monsieur semble s’effacer, comme son visage ridé, de plus en plus clair sur l’image, pour ne plus laisser de lui qu’un souvenir. Sa tête ne répond plus, alors c’est «main dans la main» et «cœur contre cœur» que ceux qui l’aiment vivent, «au jour, le jour» et «pas à pas», avec celui qui fut mais n’est plus vraiment là.
La maladie d’Alzheimer est devenue un sujet à la mode dans l’édition jeunesse et on a vu fleurir les albums sur les vieilles personnes un peu loufoques et tristes, mais ce livre-là est différent parce que, loin des démonstrations appuyées, il dit pourtant avec justesse les craintes, les peurs, les difficultés de celui qui est malade et de ceux qui l’entourent. Il dit ce temps de l’âge où le toucher reprend ses droits, où le cœur remplace la tête. Cette terrible maladie oblige à se séparer de ceux qu’on aime alors qu’ils sont encore là, comme des fantômes d’eux-mêmes. Alors si le livre de d’Adeline Yzac et Éva Offredo est un brin nostalgique, il n’est pas vraiment triste, juste fataliste. Texte et image disent le temps qui a passé, l’esprit qui s’est envolé mais le corps et le souvenir qui restent à aimer. Le texte tout en dialogues met ce vieil homme au centre des préoccupations de ceux qui l’aiment. Les images, très, très belles, de ces visages parcheminés, donnent à voir une vieillesse qu’on cache souvent aux enfants.
Un album magnifique, vraiment.

Ariane Tapinos (avril 2009)

Lire la suite

18/04/2009 | Lien permanent

Ce qui arriva à monsieur et madame Kintaro | Livre-CD raconté par Muriel Bloch & illustré par Aurélia Fronty

Kintaro.gifUn conte du Japon
Éd. Gallimard jeunesse musique / Ocora Radio France, coll. Contes du bout du monde
avril 2005 - 16 €

Monsieur et madame Kintaro exercent avec bonheur, imagine-t-on, le métier de pickpockets dans la ville d’Osaka, mais l’astucieux commissaire Ooka les contraints à abandonner leurs activités. Plongés un temps dans une délicieuse oisiveté, les époux Kintaro ont bientôt besoin d’améliorer leurs finances. Ils entendent parler d’un village perdu dans les montagnes et peuplé d’habitants n’ayant qu’un œil au milieu du front. Ils entament alors un long voyage pour trouver et capturer l’un de ces cyclopes afin de l’exhiber dans toutes les villes du Japon et de gagner beaucoup d’argent. Mais tel est pris qui croyait prendre… Et c’est le cyclope qui les expose aux yeux (uniques) des siens, enfermés dans une grande cage.

Ce malicieux conte japonais est narré avec grand talent par Muriel Bloch. Son récit, comme les très belles images d’Aurélia Fronty, nous emmène dans un long voyage à travers un Japon réel et imaginaire. Les plages musicales sont étonnantes (la quatrième de couverture qualifie avec justesse la musique japonaise de fine et élégante) et captent l’attention de l’auditeur aussi sûrement que la voix souriante de la conteuse.

Ariane Tapinos
(1ère publication: juillet 2005)

Lire la suite

15/03/2011 | Lien permanent

Monsieur | Marie-Ange GUILLAUME (texte) & Henri GALERON (ill.) | Éd. Panama, oct. 2008 – 15 €

chat.jpgMonsieur est un chat. Un banal chat de gouttière noir et blanc. Mais Monsieur est aussi un maître en son domaine, enfin, dans celui de son maître, modeste humain dont nous n’apercevrons que les pieds. Et c’est son « maître » justement qui nous parle de Monsieur et, avec honnêteté, nous dit d’emblée : « J’habite chez mon chat. Monsieur me sous-loue un oreiller mais tout le reste lui appartient : les plantes vertes, la poubelle, les piles de pulls dans l’armoire, les radiateurs, le canapé, les parties dodues des copains assis sur le canapé, le frigo, la gamelle du chien, l’ordinateur - et la souris, bien sûr. »

On l’aura compris : Monsieur a pris le pouvoir et n’en fait qu’à sa guise. Il occupe toute la place dans le livre comme dans la vie du narrateur. Il est immense et majestueux, fier et facétieux. Henri Galeron lui donne vie de manière extraordinaire. Ce chat-là est plus vrai que nature. Il nous regarde droit dans les yeux et se moque de notre condition d’humain. Il habite le livre – ses grandes pages entièrement cartonnées – et son gigantisme donne la mesure de son pouvoir sur ceux qui l’entourent : humains, chiens...

Les chats sont nombreux dans les livres et l’animal se prête avec grâce et un rien de coquetterie à l’illustration, mais rarement il aura été aussi bien servi, tant par la splendeur réaliste des images d’Henri Galeron que par le raffinement et l’humour du texte de Marie-Ange Guillaume. Tout ceux – et on sait qu’ils sont nombreux – qui cohabitent avec un chat s’y retrouveront. Les grands apprécieront la malice des auteurs, les petits rigoleront à gorge déployée de ce grand chat roulé en boule sur le lit de ses « maîtres » dont on ne voit plus que la plante des pieds...

Ariane Tapinos

Lire la suite

17/12/2008 | Lien permanent

Le Trésor de Monsieur Okamoto | album de Muriel CARMINATI (texte) & Olivier DESVAUX (ill.)

Okamoto.jpgÉd. Picquier jeunesse | nov. 2010
13,50 €

Pour la fête des enfants, Monsieur Okamoto a quitté la forêt où il vit en solitaire depuis la mort de sa femme, afin d’offrir des friandises à Kisaki et Momoko. Les deux enfants sont très intrigués par ce vieil homme courbé par le labeur dans les rizières et si généreux alors qu’il ne dispose pour vivre que du strict minimum. Ils peignent un œil à leur statuette de Daruma, ce personnage porte-bonheur rond et rouge, et font le vœu que Monsieur Okamoto trouve un trésor. Le lendemain, ils font l’école buissonnière pour se rendre chez le vieil homme.

Et, là, dans sa modeste maison, perdue au fond de la forêt, ils découvrent un ours en train de piller les provisions de Monsieur Okamoto. Alerté par les enfants, ce dernier leur explique en souriant que cette Ourse, puisque c’est une femelle, est une vieille connaissance et n’est pas dangereuse. Elle est juste très gourmande, comme la défunte femme de Monsieur Okamoto… Pour preuve, il va leur préparer un repas qu’ils partageront tous les quatre. En remerciement, l’ourse leur indique une cachette, sous le plancher, où ils trouvent les bijoux de Madame Okamoto. Les enfants de retour chez eux n’ont plus, comme le veut la tradition, qu’à peindre le deuxième œil de la statuette porte-bonheur, puisque leur vœu a été exaucé.

Une très jolie histoire qui flirte avec la magie et où se mêlent avec bonheur, modernité et tradition, selon l’image – parfaitement réaliste – que l'on se fait du Japon. Où quand la culture nippone inspire avec succès une auteure et un illustrateur français, loin des gimmicks qu’on voit fleurir dans certains livres…

Ariane Tapinos
(novembre 2010)

Lire la suite

18/11/2010 | Lien permanent

Page : 1 2 3 4 5 6 7