Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil

26/02/2018

KURT A LA TÊTE EN COCOTTE-MINUTE

Kurt a la tête en cocotte-minute.jpgroman
de Erlend LOE
illustré par Kim HIORTHØY
Traduit du norvégien par Jean-Baptiste COURSAUD
Éd. La joie de Lire, janvier 2009, 162 pages - 8,50 €

Rien ne va plus chez Kurt ! Après des années de bons et loyaux services à piloter son Fenwick, voilà que la chômage menace… Un nouveau quai a ouvert ses portes à côté de celui de Gunnar qui emploie Kurt depuis des lustres : plus moderne, plus beau (et surtout plus propre!) il attire les bateaux comme des mouches laissant Kurt et ses collègues désœuvrés avec pour seule perspective le visionnage de sport automobile et de machins sur les animaux à la télé. Et voilà que Bud doit laisser sa place au jardin d’enfants à un petit garçon originaire d’Afrique qui en a beaucoup plus besoin que lui. Non décidément, rien ne va plus !
Et pour couronner le tout, voilà que Kurt découvre dans un container tout un tas de gens vraiment étrangers qui viennent compliquer la situation sous prétexte qu’ils ne pouvaient plus rester dans leur pays… Kurt, qui est pourtant un grand voyageur va avoir beaucoup de mal à accepter ces nouveaux venus qui ont le culot d’envahir son quai au pire moment et qui en plus, mangent du pâté de foie même pas norvégien.


Dans ce quatrième opus, Kurt et sa famille découvrent les joies de la mondialisation et les affres de l’immigration clandestine. Ce récit à l’humour grinçant épingle joyeusement le racisme et le cortège d’âneries qu’il peut provoquer chez des gens plutôt sympatoches de prime abord. De la xénophobie crasse d’un Kåre en passant par l’enthousiasme niais d’une Anne-Lise victime de sa gentillesse, à la terreur de Kurt de se voir remplacé, ou à l’indifférence des autorités en charge du problème, Erlend Loe dresse un portrait au vitriol des réactions parfois proches de l’absurde qu’engendrent l’arrivée de migrants dans une communauté. Un roman (d’abord pensé comme une pièce de théâtre) à mettre d’urgence entre les mains des grandes personnes qui se mettent la tête en cocotte-minute !

Nathalie Ventax (février 2018)

A lire sur notre blog, la critique d'un autre titre de la série : Méchant Kurt !, de Erlend Loe, La joie de Lire, 2007.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.