Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Page d'accueil

15/10/2017

RÉVOLTÉES

Révoltées.jpgroman historique
de Carole TRÉBOR
Éd. Rageot, octobre 2017, 246 pages - 13,90€

Alors que la révolte gronde et que la Russie tsariste s’enfonce dans la guerre, deux sœurs, Tatiana et Lena participent, chacune à leur manière aux évènements.

Elles vivent seules  et misérablement avec leur babouchka, leur grand-mère, sans nouvelles de leur père depuis qu’il est au front.

Lena rêve d’une société égalitaire et d’un pays en paix. Elle est clairement engagée auprès des révolutionnaires qui veulent mettre un terme à la fois au gouvernement provisoire et à la guerre à laquelle il refuse de renoncer. Très débrouillarde - elle sait comment se fournir au marché noir - elle est aussi très courageuse et pleine d’ardeur.

Sa sœur jumelle, Tatiana, travaille au Studio d’Art théâtral de Moscou où elle fait le ménage et récupère les costumes à réparer - ou fabriquer - qu’elle confie à sa grand-mère, aveugle mais couturière émérite.

Tatiana vit différemment de sa sœur l’avancement de la révolution. Immergée dans le monde du théâtre d’avant-garde et côtoyant des étudiants féru de futurisme, elle est de plus en plus convaincue que la révolution passe par l’accès à la culture et son profond renouvellement par la poésie, le théâtre, le chant…


Le roman de Carole Trébor nous plonge avec talent dans les quelques jours - du 26 octobre au 2 novembre 1917 - qui vont voir basculer la Russie tsariste dans le bolchévisme. Entre chaos et espérance, les deux sœurs vivent au rythme des événements, des combats de rue et de l’espoir fou que suscite chez elles comme chez des millions de russes, l’avènement d’un monde meilleur.

Elle nous apprend en postface que les sœurs Ivanovna ont existé. La vraie Lena sera députée au Soviet Suprême de Moscou et connaitra les désillusions et de longues années de goulag. Tatiana, quant à elle, mènera une  carrière de mezzo-soprano au Bolchoï. C’est grâce à son immense succès qu’elle obtiendra de Staline la grâce de sa sœur.

L’art aura raison du politique… 

Ariane Tapinos (octobre 2017) 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.